• Les photographies de Gérard Fourel - 1/8

    Publié avec l'aimable autorisation de l'auteur dont on peut retrouver les clichés sur http://www.gerard-fourel.com

     

    Les photographies des autres : Gérard Fourel - 1

                                                                                                                                            Gralhas (Années 80)

    « Lettres de l'Au-delà - 25Les photographies de Gérard Fourel (2/8) »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 19 Mai à 06:18

    Gérard va être heureux !

      • Vendredi 19 Mai à 08:22

        Cette photo est l'une des plus belles qu'il m'est été donné de voir dans l'univers des photographes néo-réalistes

    2
    Vendredi 19 Mai à 08:16

    joli cliché! Je vais aller faire un tour sur son site. Merci pour le lien.

      • Vendredi 19 Mai à 08:58

        C'est la réalité et l'émotion humaine qui l'emportent dans son travail. Je ne suis pas sûr que la nouvelle génération puisse apprécier car le grain est fort et le cadrage est celui des clichés pris sur le vif, bref c'est la photo-vérité à l'opposé de l'image numérique qui respire l'artifice tant sur le plan technique que parfois (souvent) sur le fond. Pour ma part, voir ses photos me procure une émotion que je n'éprouve pas avec le numérique, y compris avec mes propres images. Pourtant je ne referai pas de l'argentique car je n'ai plus le courage et la patience de l'époque et le numérique m'offre une liberté que je n'avais pas avec l'argentique. Tu auras compris que les photos de Gérard Fourel m'interpellent sur ma propre démarche photographique entre argentique et numérique comme spécifié sous mon titre La Chambre noire.

         

         

      • Vendredi 19 Mai à 10:43

        Nous avons la même philosophie yes

    3
    G.Fourel
    Vendredi 19 Mai à 09:13

    Bonjour Daniel, le texte de présentation de ton blog cautionne complètement ma façon de fonctionner, je n'aime pas mettre de date , de lieu , de numéro, l'image fonctionne ou pas et pourquoi? elle est là, elle appartient a celle ou celui qui la regarde et l'émotion n'est pas dans le temps, le lieu elle est dans cette relation immédiate , c'est ce jour et pas forcément hier ou demain.Je me confronte souvent à Georges Dussaud qui est très organisé,tout est répertorié, numéroté tout est en ordre et l'ordre c'est pas mon truc même si parfois ça me rendrai bien service.

    Il y a un texte de présentation du film de Marc Weymuller qui me va droit au coeur, je vais essayer de le copier et t'en faire part. Je ne sais pas si tu connais Marc et ces films? moi je suis un inconditionnel.

    Bonne journée et merci pour ta complicité.

     

     

    4
    G.Fourel
    Vendredi 19 Mai à 09:19

    Le Barroso est pour moi une province improbable. Cette province, c’est celle des origines. Celle des questions simples et essentielles. Là-bas, le décor fait office de miroir. En nous rappelant ce que nous étions, il nous renvoie aussi à ce que nous sommes devenus. En observant le monde d'où nous venons, nous vérifions ce qui nous lie encore à lui. En nous y perdant, nous nous y retrouvons. L'heure exacte sonne au clocher du village. Le temps peut reprendre son cours.

    Marc Weymuller

     

      • Vendredi 19 Mai à 10:05

        Superbe texte qui correspond tellement à nos sensations face une modernité destructrice.

         

    5
    Vendredi 19 Mai à 09:25

    "La vie au loin" de Marc Weymuller, un film qu'il te faut voir, Daniel. Vraiment. (Gérard en a en dépôt, il me semble !)

    6
    Lundi 22 Mai à 03:32
    nanegrub

    Magnifique ! On entend la solitude et le silence profond de cet homme.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :